L'Editorial du Ministre de la Culture pour le Festival

Publié le par Ministre de la Culture et de la Communication

logo-ministere.jpg

 

1er Festival International d'Histoire des Pays de Savoie

Editorial du Ministre de la Culture et de la Communication

 

Photo-Officielle.jpg

 

Crédits : Didier Plowy / MCC. 

 

Avec les festivités organisées en 2010 autour du Traité de Turin et de la cession de la Savoie à la France par le royaume de Piémont-Sardaigne et celles organisées, en Italie, autour de la proclamation du royaume d’Italie par Victor-Emmanuel II en 2011, les Pays de Savoie sont au cœur de l’actualité.

 

Je tiens donc à m’associer et à encouragerlapremière édition du Festival International d'Histoire des Pays de Savoie, traduction de la vitalité du tissu associatif, de l’engagement des collectivités locales – au premier rang desquelles, la commune de La Roche sur Foron - mais aussi de la qualité de la recherche historique sur ces territoires qui ont joué un rôle central dans l’histoire européenne. Je suis persuadé que cette jeune manifestation, à l’origine de laquelle on trouve un jeune enseignant passionné, saura s’ouvrir aux horizons européens, notamment à l’Italie et à la Suisse proche et ouvrir la possibilité de projets transfrontaliers.

 

 La qualité de son Conseil scientifique mais aussi la richesse du programme autour d’un thème exigeant que n’aurait pas renié le grand historien Philippe Ariès sont le signe du crédit et du sérieux de l’initiative. Je ne voudrais pas oublier la présence du paléo-pathologiste Philippe Charlier, dont les travaux sont reconnus internationalement et dont les recherches ont permis de résoudre des énigmes historiques vieilles de plusieurs siècles, de l’empoisonnement d’Agnès Sorel aux prétendues reliques de Jeanne d’Arc, jusqu’à la tête d’Henri IV très récemment. 

 

 Face au danger de l’immédiateté et du « présentisme » pour citer François Hartog, l’intelligence du passé et le devoir d’histoire s’imposent plus que jamais, notamment en favorisant la numérisation du patrimoine. C’est l’ensemble des initiatives locales qui pourront servir cette ambition, placée au cœur des missions du ministère de la Culture et de la Communication. Un ministère qui est celui des artistes, des créateurs et des acteurs des médias mais dont je n’oublie pas qu’il est aussi celui des « passeurs » de mémoire.

 

Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication

signature-Ministre-FMI.JPG

Publié dans Partenariats

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article