Résumés des communications

Publié le par fihps.over-blog.com

Frédéric JANIN, professeur d’histoire-géographie au collège de La Roche-sur-Foron

 

« Si le loup y était… Il nous mangerait ! Des loups dévoreurs d’hommes en Savoie au XVIIIe siècle »

 

L'auteur se propose par l'étude ciblée des attaques de loups sur l'Homme au cours du XVIIIe siècle, d'aborder un aspect parfois méconnu, souvent sous-estimé des relations entre l'Homme et le loup. La relecture critique des registres paroissiaux et de nombreuses autres sources met en lumière un phénomène pas si anecdotique dans l'ancien Duché de Savoie et le Canton de Genève. 

 

Laurent PERRILLAT, docteur en histoire.

 

« La mort princière : les cérémonies de funérailles des princes de la Maison de Savoie à Annecy aux XVIe-XVIIe siècles »


Aux XVIe et XVIIe siècles, Annecy et sa région sont la capitale et le domaine des comtes et ducs de Genevois-Nemours, eux-mêmes soumis aux ducs de Savoie. Même s'ils ne résidaient que rarement à Annecy, ces princes ont tenu une place importante dans la vie politique et se faisaient inhumer dans cette ville, dans l'église Notre-Dame-de-Liesse. Leurs funérailles sont bien connues car de nombreux textes nous renseignent sur ce sujet. Ils comportent certaines caractéristiques qu'on peut décrire et on peut suivre, grâce à eux et presque pas à pas, comment se déroulaient les cérémonies de funérailles des princes à Annecy.

 

Franck ROUBEAU, doctorant en histoire contemporaine à Lyon II, professeur d’histoire-géographie au Lycée d’Albertville

 

"La mort de Monseigneur ou les dernières heures du "bien mourir"

(Savoie, fin 19ème - début 20ème siècles)"

"Au tournant des 19ème et 20ème siècles, la Savoie n'échappe pas à la laïcisation des comportements et des attitudes devant la vie, et notamment devant la mort. Une minorité de la population - souvent fer de lance des idées républicaines - manifeste son rejet du christianisme en refusant les rites funéraires traditionnels. Outre une condamnation de principe, l'Eglise de Savoie répond en valorisant - par une importante "médiatisation" - la bonne mort et les belles funérailles. C'est spécialement le cas pour celles des archevêques, qui sont un spectacle pédagogique offert à la méditation des fidèles. En cela, leur étude s'inscrit dans un moment de bascule entre la mort apprivoisée et la mort interdite, pour reprendre les termes de Philippe Ariès".

 

Laurent RIPART, maître de conférences d’histoire médiévale à l’Université de Savoie

 

« Les lieux de la sépulture princière : mausolées et nécropoles des princes de la maison de Savoie (XIe-XVIe siècle) »

 

Dans la mémoire savoyarde, l’inhumation des princes de la maison de Savoie est d’abord et avant tout associée au lieu d’Hautecombe. Toutefois, l’utilisation par la maison de Savoie de l’abbaye d’Hautecombe comme nécropole ne dura toutefois qu’un siècle et demi, puisqu’elle ne s’imposa guère qu’avec Amédée IV († 1263) et s’arrêta avec Amédée VIII († 1451). Avant le milieu du XIIIe siècle et après le milieu du XVe siècle, les princes de la maison de Savoie furent donc inhumés dans des mausolées individuels et ne cherchèrent donc pas à rejoindre dans la mort les autres membres de leur lignage.

Dans cette conférence, nous présenterons les différents lieux d’inhumation des princes de la maison de Savoie du XIe au XVIe siècle, en nous attachant, à partir de travaux récents, à expliquer le caractère erratique de l’histoire des sépultures princières savoyardes. Dans une société où la sépulture princière constituait un marqueur essentiel de l’espace politique, nous verrons ainsi de quelle manière les hésitations sur le lieu de la sépulture princière traduisaient la complexité de l’organisation spatiale de la principauté savoyarde et sa difficile recherche d’un centre politique.

 

Bibliographie :

 

·         Bernard Andenmatten et Laurent Ripart, « Ultimes itinérances. Les sépultures des ducs de la Maison de Savoie entre Moyen Age et Renaissance », dans Agostino Paravicini Bagliani, Eva Pibiri, Denis Reynard (dir.), L’itinérance des seigneurs (XIVe-XVIe siècle). Actes du colloque international de Lausanne et Romainmôtier, 29 novembre-1er décembre 2001, Lausanne, 2003 (Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 34), p. 193-247.

 

·         Luisa Clotilde Gentile, Riti ed emblemi. Processi di rappresentazione del potere principesco in area subalpina (XIII-XVI secc.), Turin, 2008 (Corti e principi fra Piemonte e Savoia, 2).

 

·         Nadia Pollini, La mort du Prince, rituels funéraires de la Maison de Savoie (1343-1451), Lausanne, 1994 (Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 9).

 

·         Laurent Ripart, « La mort et la sépulture du comte Humbert : une tradition historiographique reconsidérée », dans Fabrice Delrieux et François Kayser (dir.), Des plats pays aux crêtes alpines. Hommages offerts à François Bertrandy, Chambéry, 2010, p. 71-86.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article